Rubrique¬
Communication
Date de publication¬
20 Mai. 2021
Rédaction¬
Ariane Rubio
20 Mai. 2021

Damien Albessard : « A l’ère de l’ultra communication, le media training est indispensable pour n’importe quelle profession ».

Par Ariane Rubio

Temps de lecture : 2"

Damien Albessard, directeur de l’image et de la réputation chez Eliott & Markus, nous explique dans cette interview l’importance croissante des professions juridiques dans le paysage médiatique, et la nécessité du media training pour aborder sereinement cette nouvelle exposition.  

Comment a évolué la place de l’avocat face aux médias ?

Aujourd’hui, le droit est partout : dans le monde des affaires, dans les affaires publiques, dans la consommation, etc. Les professions juridiques sont donc particulièrement sollicitées par les médias pour expliquer un fait, une règle ou simplement proposer un éclairage plus juridique à l’actualité. Les termes juridiques restant souvent compliqués pour les non-initiés, les médias ont donc besoin d’un expert pour éclairer leur information. C’est pourquoi les journalistes apprécient les interviewer.

Pourquoi les avocats et les autres professions juridiques ont-ils besoin d’être média-trainé, alors que ce sont des métiers où l’on maitrise l’art oratoire ?

C’est une excellente question. Pendant très longtemps, les avocats pensaient que les media training étaient inutiles pour eux, car ils savent s’exprimer. Mais ce n’est pas parce qu’on est naturellement bon à l’oral, devant un client ou devant une cour de justice, que l’on est forcément convaincant devant un journaliste. Plaider est un exercice. Expliquer, élever, être pédagogue, en est un autre.

Par ailleurs, l’avocat a tendance à s’exprimer en dialectique pyramidale, c’est-à-dire qu’il donne l’information à la fin. Le journaliste fonctionne de manière opposée, car il attend une réponse immédiate : c’est la fameuse pyramide inversée. Pour l’avocat, ce switch est particulièrement compliqué à réaliser, parce qu’il a l’habitude de raisonner d’une autre manière.

Il doit donc s’entraîner à être plus concis et plus pédagogue pour s’adresser à la fois à ses cibles et au public. L’objectif du media training, c’est de faire d’un avocat un « vulgarisateur » qui traduit des notions complexes en un propos simple et compréhensible. Et pour ça, il faut connaître les règles et pratiques médiatiques.

Quelle est votre méthode pour aborder le media training ?

Ma méthode est principalement basée sur mon expérience. Pendant 16 ans, j’ai été journaliste presse, radio, et TV. Au cours de ma carrière, j’ai interviewé des centaines de personnes, donc je maîtrise particulièrement bien l’exercice médiatique, les différents types d’interviews ou la gestion des questions-pièges. Concernant la technique, il y a des théories : la posture, la gestuelle, la voix, la force et le volume de la voix. Mais il y a surtout la pratique, et c’est ça qui fait la différence.

Pour moi, un bon média training, c’est un media training qui ne se voit pas à la TV. Il doit s’adapter à l’image et à la posture du professionnel, du cabinet ou de l’étude.

La parole, le message, la gestuelle, tout doit être synchronisé et naturel pour que l’expert, grâce à son intervention, devienne un influenceur suivi que l’on voudra réinviter.

Mais pour y parvenir, il faut apprendre et appliquer certaines règles. Parler devant un journaliste ne s’improvise pas, parler devant un plateau TV non plus. C’est même un exercice très périlleux si l’on ne s’y prépare pas. C’est pour cela qu’aujourd’hui, à l’ère de l’ultra communication, le media training est indispensable pour n’importe quelle profession.


Pour aller plus loin

Pour connaitre les techniques qui vous permettront de faire des interventions réussies en adoptant la bonne attitude face aux médias :

Rendez-vous le jeudi 27 mai 2021 pour notre webinar gratuit consacré au media training des professions juridiques, animé par Damien Albessard.

wilo
Rechercher
Informations