Rubrique¬
Management RH
Date de publication¬
09 Jui. 2022
Rédaction¬
Par Anne-Laure Joubaire
09 Jui. 2022

Comment améliorer le bien-être des professions juridiques ?

Par Par Anne-Laure Joubaire

Temps de lecture : 3 min

Pour 75% des avocats de la tranche d’âge 25-35 ans, les employeurs devraient faire davantage pour améliorer la santé mentale de leurs collaborateurs. Pour répondre à ces enjeux, plusieurs grands cabinets d’avocats ont mis en place des politiques qui pourraient aisément être répliquées en France.

Les principales critiques émises par les avocats vis-à-vis de la non-prise en compte des enjeux psychiques dans les cabinets concernent notamment le manque de réponses proposées en cas de harcèlement, l’absence de soutien et des charges de travail excessives. D’ailleurs, si 73 % des organisations déclarent avoir mis des initiatives en place pour promouvoir le bien-être de leurs collaborateurs, seulement 16 % d’entre elles indiquent former leurs managers sur ce sujet (Sondage IBA, 2021).

« C’est en osant enfin regarder ces vérités en face, en faisant front commun pour refuser la course à la productivité dans laquelle chaque avocat et chaque étudiant est embarqué malgré lui que les choses pourront vraiment changer. » (Florence Amélie Brosseau, administratrice de l’Association des juristes progressistes au Québec, L’actualité)

Les cabinets qui s’engagent

Nous avons dressé ici une liste, non exhaustive, des initiatives mises en place à travers le monde par de grands cabinets d’avocats :

- Un des principaux cabinets d’avocats australien, Clayton Utz a nommé en 2019 une mental health manager pour améliorer les initiatives existantes de la firme en la matière. 200 personnes en interne ont déjà été formées à la réponse en urgence aux problèmes de santé mentale (Mental Health First Aiders) et les employés bénéficient d’un accès permanent à des psychologues. Le cabinet est également membre fondateur de l’Alliance des Entreprises pour la Santé Mentale et a été distingué d’une médaille d’or pour son engagement dans le Mental Health First Aid (MHFA) Skilled Workplace Program

- Le plus grand cabinet d’avocats canadien, Borden Ladner Gervais, envoie des newsletters mensuelles sur la santé mentale et offre la possibilité de consulter tous types de spécialistes sur ce sujet (pour un coût annuel allant jusqu’à 5000$).

- Le cabinet Hogan Lovells a annoncé avoir signé un partenariat en 2020 avec la plateforme Unmind, ce qui permettra aux équipes de suivre leur bien-être et de réagir en cas de problèmes. Hogan Lovells soutient l’organisation Mental Health First Aid England ainsi que City Mental Health Alliance. En 2019, le cabinet a désigné sa première cohorte de « Premiers secouristes en santé mentale » qui sont formés à détecter les signaux d’alertes et à soutenir leurs collègues et clients.

- Le cabinet d’avocats international Reed Smith avait lancé en 2018 un programme appelé Wellness Works qui offrait aux équipes la possibilité de participer à des évènements sportifs, culturels, caritatifs et de bénéficier de consultations gratuites. Reed Smith a approfondi cette initiative en 2020 en lançant un groupe de travail sur la santé mentale chargé de conseiller le cabinet sur des politiques et pratiques, ses stratégies de formation, les services fournis dans ce domaine et sur la prise de conscience de ces enjeux : « nous nous attaquerons au tabou bien connu qui entoure ces questions et veillerons à proposer une culture d’entreprise bienveillante et propice à toutes demandes d’aides »  (Kimberly Gold, associé et co-fondatrice du groupe de travail). Reed Smith a également lancé en 2020 une campagne appelée ‘Stoppons le tabou

- Norton Rose Fullbright a lancé le réseau Breathe qui cherche à éliminer le tabou autour du sujet via l’organisation de conférences, de partage d’expériences, l’envoi de newsletters et la formation de 300 Premiers Secouristes en Santé Mentale.

- Dechert a lancé un ensemble d’initiatives : formation de Premiers Secouristes en Santé Mentale et de Champions de la Santé Mentale, séances de méditation guidée le lundi, cours de fitness en ligne, semaine du bien-être, accès gratuit à une application de médiation, sessions de sensibilisation au bien-manger, programme d’assistance confidentielle, accès gratuit à des psychologues et à une plateforme sur les thérapies comportementales.

- LinkLaters a signé en 2018 un partenariat pilote avec la plateforme BetterSpace et offert 300£ à 340 membres du cabinet, somme qu’ils étaient libres de dépenser pour accéder à 400 ressources de bien-être (applications, matériel, etc). À la suite de la pandémie et des différents confinements, le cabinet a lancé un programme de soutien au personnel qui pourrait être victimes de violences psychologiques, physiques ou sexuelles en proposant notamment le financement de nuits d’hébergement à ses employés et leurs enfants qui doivent quitter leur domicile en cas d'urgence.

- Un certain nombre de cabinets britanniques sont signataires de la Charte pour des Entreprises Bienveillantes (Mindful Business Charter) qui liste un certain nombre de pratiques à mettre en place pour réduire le stress au travail et rééquilibrer les temps de vie.

Quelques bonnes pratiques pour mieux prendre en compte la santé mentale

Mettre en place une culture d’entreprise bienveillante ne doit pas être l’apanage des grands cabinets. Des pratiques simples et peu coûteuses peuvent changer la donne. Si la mise en place de cours de yoga et de salles de repos peuvent représenter un atout non négligeable, cela ne doit pas constituer l’alpha et l’oméga d’une politique de bien-être d’entreprise. Il faut en effet agir à la racine et non uniquement traiter les symptômes une fois qu’ils sont apparus. Pour cela on pourra désigner une personne ressource, voire un comité regroupant des associés, collaborateurs et employés afin de réfléchir sur la stratégie à adopter. Une des premières étapes consistera à mener un audit des risques psycho-sociaux ainsi qu’une évaluation anonyme de l’état du bien-être dans la structure.

Afin d’alléger la charge de travail et le stress, il pourra être utile de repenser la politique de facturation, proposer des horaires flexibles ainsi qu’une politique attractive de congés.

« Chaque associé d’un grand cabinet devrait réduire ses rétrocessions de 10 % et utiliser cet argent pour embaucher de jeunes avocats. Ainsi au lieu de demander aux collaborateurs de facturer 2100 heures/an, on ne leur demanderait plus que 1500 heures annuelles. Les collaborateurs seraient plus heureux et la qualité de leur travail s’en ressentirait. » (John Hoyles, ancien président de l’Association du Barreau Canadien, Law and Style)

Enfin, pour permettre aux personnes de parler sans crainte de leurs problèmes, des campagnes de sensibilisation impliquant les associés pourront être mises en place.

Parmi les actions à mener, on peut également citer :

- la mise en place de programmes de mentorat

- l’organisation d’évènements pour sensibiliser sur le sujet

- la formation à la Communication Non Violente notamment pour procéder aux réunions d’évaluations de performance.

- l’instauration d’un cadre de travail participatif et à l’écoute des contributions de chacun,

- la mise en place de stratégies pour encourager la diversité et l’égalité

Négliger de travailler sur ces sujets au prétexte de la dureté du métier peut avoir de lourdes conséquences sur l’implication, à terme, des personnes avec une augmentation possible du turn-over et une baisse de la qualité des prestations rendues. En travaillant collectivement à la création d’espaces de travail plus bienveillants, nous avons tous à y gagner.


Pour aller plus loin

Association LawCare (UK)

Being Well in the Law : A guide for Lawyers

Psychological Wellbeing: Best Practice Guidelines for the Legal Profession

Supporting wellbeing in the workplace: Guidance for best practice

Minds over Matters, an examination of mental health in the legal profession, Law.com

Jonathan’s Voice, ONG britannique ayant pour but de réduire le tabou sur la santé mentale chez les avocats

Livre Lawyer Health and Wellbeing - How the Legal Profession is Tackling Stress and Creating Resiliency

Campagne de sensibilisation à la santé mentale, Barreau de Montréal

wilo
Rechercher
Informations